Feel-Spirit est un grand fourre-tout qui parle de tout, sauf quand ça ne touche pas au bonsaï et aux arbres.

Un mélange de découvertes pour décrypter, la « psychopathie arboricole » qui anime le Bonsaïka.

Des petits papiers, grandes sagas, belles rencontres, providentielles sorties, délicieuses formules, bruyantes vidéos, étonnantes images, incontournables buzz et improbables décalages avec le monde « réel » du Bonsaï, le tout nappé de l’esprit de Phil.

Entré libre et gratuite.
Attention parfois vous pourriez rire un peu.

dimanche 4 septembre 2011

Inventer une belle mort

Je ne peux m’empêcher d’en remettre une couche, et rebondir sur le précédent sujet « La perte d’un être cher ».

Vous me taxerez surement de masochiste qui aime se flageller... mais une toute nouvelle réflexion m’occupe l’esprit. J’ai alors choisi de vous en faire part.

Que faire du cadavre, si l’arbre sans vie présente (Visuellement) encore un certain intérêt ?


Aujourd’hui il n’est plus utile d’alerter les Experts Miami, la scène de crime n’est plus protégée, les empreintes ont disparues, le coupable n’est pas identifié, et le procès n’aura pas lieu… nous sommes donc passés en phase active de réflexion post traumatique.

Phase que j’ai appelée. « La nécro post création »...

A l’heure actuelle on s’interroge tous sur le devenir de nos arbres. (Relire le sujet : Et Après… ?)

Alors que la question de savoir, quoi faire de nos bonsaï vivants après notre mort, anime énormément de conversations ; curieusement, l’avenir de nos arbres morts le temps de notre vivant, n’intéresse personne…

Donc que faire du défunt… ?... Bienvenu dans l’unique blog qui pose les vraies questions.

Les dernières volontés du précédent propriétaire, tout comme celles du propriétaire actuel se trouvant fortement modifiées, il nous apparait utile de devenir créatif « à titre posthume ».

En conséquence, voici le Top 7 des choses envisageables avec un Bonsaï complètement mort (Mais pas définitivement perdu)

• Offrir l’arbre à Makoto Azuma. Relire l’article à son sujet.
Lui au moins, il saura certainement lui donner une « 2ème vie ».

• Poser l’arbre sur votre cheminée pour la déco, et profiter 365 jours par an d’un bonsaï qui ne réclamera plus jamais d’eau et de lumière... Vous en rêviez depuis que vous avez appris qu’un arbre vie dehors non…? Alors profitez bien de cette magnifique opportunité.

• Le jour ou on vous dira pour la 2'000ème fois : « j’ai eu un bonsaï une fois… mais il est mort. » vous pourrez répondre : « Moi aussi, mais moi je l’ai toujours… »

• Le jour ou le prix de l’eau augmente, la vision du sujet « tout sec » vous réconfortera.

• Désormais vous voyez très facilement disparaitre les mauvaises herbes (Types Sagines) qui envahissaient le pot. N’est-ce pas une douce victoire finalement… ?

• Vous êtes maintenant le seul à pouvoir affirmer : « Je sais faire du bois mort, qui à l’air vivant… » En réunions club, on vous écoutera tel le Messie.

• Enfin, vous trouverez un sujet de conversation intéressant pour discuter avec Véronique Courjault : « Je conserve un cadavre à la maison, c’est grave docteur… ? »

Je dirais en conclusion qu’un arbre mort qui « fait en vie »… de le garder… n’est ce pas un joli paradoxe… ?

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget
Related Posts with Thumbnails