mercredi 18 mai 2011

Le top 10 des réponses du Bonsaïka, à éviter en interview

Parfois dans ta vie de bonsaïka ordinaire, il arrive que tu sois mis sous le feu des projecteurs et appelé à répondre à des interviews.


Bin quoi ça peut arriver tous les jours…



Imagine que tu viens de gagner un concours local, et le grand reporter du coin vient te poser quelques questions sur toi, ta vie, ton œuvre… ta passion quoi….


Ha… tu vois que ça peut se produire à tout moment.

C'est alors qu’arrive brutalement, la question qu’on pose généralement au cours d'entretiens d’embauches, ou dans les concours de Miss France : « Citez moi quelque uns de vos défauts »

Evidement tu dois trouver des défauts qui sont en réalité des qualités, et sans que cela ne se voit.

Bienvenu dans le blog qui facilite la vie quotidienne du bonsaïka, car tu trouveras ici quelques conseils pour passer sans écueil, l’épreuve de ce redoutable orale. Voici une liste de défauts (Avec leurs défauts) qu’il faudra donc éviter de citer.

« Heu… non je n’ai pas de défaut, ha si, je suis un peu trop modeste ». Réponse à proscrire, on va croire que tu viens de passer ton Niveau 3 de la Fédération Française de Bonsaï.

« Je suis un peu trop perfectionniste ». Un grand classique. Garde ce défaut magistral pour tes entretiens d’embauches. Ici en regardant tes arbres, personne ne croira que tu peux un jour atteindre la perfection.

« Je suis un peu trop contre la déforestation ». Efficace si tu postule chez Greenpeace, mais pas crédible si tu exhibes une belle collection de Yamadori fraichement prélevés.

« J’ai fait beaucoup trop de voyages au japon». Sujet à éviter, en ce moment.

« J’ai fais plein de Tanukis » Sauf si ton interlocuteur n’y connaît rien, on évitera de révéler que tu te passionnes pour les morts vivants.

« Je suis délégué régional de la fédération française de bonsaï pour la 10ème année consécutive». A proscrire, on a dit que le défaut doit être en même temps une qualité.

« Je regarde tout le temps le film Karaté Kid (de 1984) ; ça à été ma révélation [bonsaïistique] ». Aussi mauvais qu’évoquer l’inspecteur Derick pour un poste au GIGN.


« J’ai beaucoup trop de patience » Absolument pas crédible. Tout bonsaïka qui se respecte est un impatient en puissance, qui tente de faire vieillir ses arbres en accélérant le temps, grâce à des techniques barbares.

« Je suis un peux trop amoureux de nature et de liberté ». Tout à fait plausible. Uniquement si tu n’as jamais posé la moindre ligature sur une branche, jamais coupé les jeunes pousses de tes arbres, jamais raccourcis les racines, jamais volontairement brisé et écorcé la moindre branche, et jamais déterré le moindre Yamadori.

« J’aime beaucoup trop fabriquer mes propres engrais organique ». Risqué, car on pourrait croire que tu pratique la scatologie.

Désormais te voilà armé pour éviter les réponses de mauvaises qualités, au sujet de tes meilleurs défauts.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget
Related Posts with Thumbnails