Feel-Spirit est un grand fourre-tout qui parle de tout, sauf quand ça ne touche pas au bonsaï et aux arbres.

Un mélange de découvertes pour décrypter, la « psychopathie arboricole » qui anime le Bonsaïka.

Des petits papiers, grandes sagas, belles rencontres, providentielles sorties, délicieuses formules, bruyantes vidéos, étonnantes images, incontournables buzz et improbables décalages avec le monde « réel » du Bonsaï, le tout nappé de l’esprit de Phil.

Entré libre et gratuite.
Attention parfois vous pourriez rire un peu.

dimanche 5 décembre 2010

Le top 5 des bonsaïkas inévitables lors d’une exposition.

Vous connaissez la règle : Tout corps de bonsaïka plongé dans une exposition de bonsaï, est confronté contre son grès, à une collision aléatoire de bonsaïkas blaireaux, qui lui pourrissent les 3 heures de visites.

Nous sommes tous le blaireau de quelqu’un. Lequel êtes-vous ?

· La première espèce, rentre dans une famille très vaste. Appelons-les, « Joe MOI-JE ».

Ils ont un avis sur tout, ils connaissent tout sur la botanique, tout sur la phytosanitaire, tout sur les formes codifiée et les règles en matières d’exposition (tablettes, plantes d’accompagnements…).
Ils trouveront systématiquement un truc qui ne va pas dans l’expo (Des arbres sont sur leur mauvaise face, les arbres sont trop gros, l’éclairage insuffisant…)

Ils appellent les grands maîtres par leurs prénoms (Entre Maître on s’comprend).
Ils trouvent moches les trucs que tu admires. Ils cassent les démonstrateurs après leurs travaux de restyling ultra artistique (Eux, ils n’auraient pas fais comme ça…)
Ils sont capable d’améliorer toutes les masters pièces qu’ils observent. Très Sympa, ils te donnent sans arrêts des tas de bons conseils que tu ne lui demandais pas.


· Deuxième espèces de blaireaux des expos : le « Joe T’AS-VU »
Toujours en extase devant tout ce qu’il voie, il aime tout : les couleurs des nappes, et de la moquette, le café froid et la bière chaude. Avec lui tous les arbres sont beaux tous les bonsaïkas sont de grands artistes. Très sympa il te donne volontiers ses coordonnées pour poursuivre cet agréable moment après l’expo.
Tu te demande s’il n’est pas aussi tombé amoureux de toi…


· Troisième espèce de blaireau des expos, appelons le : « Joe BOULET »
Il est sympathique, très très sympathique. Il t’adopte en 3 secondes et devient ton meilleur ami intime immédiatement.
Il te fait partager sa passion pour le bonsaï, les kusamonos, les kakémonos, les suisekis, les jardins japonais, les fleurs, les insectes, les cailloux, l’eau, le vent…
Il se greffe à ton bras droit, puis ton bras gauche dès que tu tentes un demi tour. Tu crois le semer mais il est toujours là. Même en sortant des toilettes il t’attendait pour te raccompagner au parking.
Tu es obligé de lui refiler tes coordonnés, c’est alors que tu lui glisses la carte du dernier « Joe T’AS-VU » dont tu viens de te débarrasser.


· La quatrième espèce de blaireau des expos : le « Joe DIS MOI »
C’est l’inverse de « Joe MOI-JE ». Lui il ne sait rien. Il s’interroge sur tout.
En fait c’est une sorte d’éponge. Il vient t’absorber. Il te questionne sans cesse, il te vide de tes connaissances, de ta patience, et du peu d’énergie qu’il te reste.
Il te demande de l’emmener sur tes plus beaux sites de Yamadori alors que le mot « Yamadori » lui était inconnu 3 minutes auparavant.
C’est le seul qui cherche l’entrée quand on est sur le parking, et le parking quand on est entré.
La seule façon de s’en débarrasser et de le faire fusionner avec « Joe L’BOULET ».

· La cinquième espèce de blaireau, je l’appelle « Joe L’INSAISISSABLE ».
Impossible de l’approcher, tu le vois toujours de loin. Il disparait en un clin d’œil derrière une allée.
Tu interroges sans cesse les autres bonsaïkas pour savoir où il est, et à chaque fois on te dit « Il vient juste de partir ».
Tu l’attends en embuscade près du bar, mais il n’à jamais soif. Tu tente de le choper à la sortie des toilettes, mais comme il ne boit pas...
Tu as plein de chose à lui dire, mais plus tu accumules les questions et moins tu le vois.
Et finalement dès que tu arrives à en agripper un, tu es sur le parking et il te glisse une carte de visite par la fente de la fenêtre entrouverte de sa voiture en te disant « Salut à la prochaine...! ».

Et quand tu regarde sa carte… Zut il s’est trompé ce n’est pas la sienne…

...

Toi qui lis ces lignes, si tu t’appelles « Joe » Il n’y a rien de personnel !... OK… ?

1 commentaire:

pagenas a dit…

Toujours du plaisir à savourer ton humour... :D (et, suite à ça : http://www.sucrebleu.com/#/bonsai/3759112 , je dois faire partie de la deuxième catégorie de blaireaux :DDD)

Une erreur est survenue dans ce gadget
Related Posts with Thumbnails