lundi 8 juin 2009

Ma rencontre avec un top-modèle !

Ou un modèle au top comme vous voudrez…

La vie du Yamadori est rude nous le savons bien. (Chutes de neiges, éboulement, avalanches, manque d’éléments nutritifs, substrat pauvres, bétails féroces…)

La vie du « chasseur de Yamadori » est impitoyable aussi figurez-vous…


Non je ne parle pas des heures de marches, parfois sous la pluie et le brouillard, à chaque fois avec paquetages, outillage, ustensiles et accessoires divers.

Non je ne parle pas, de randonnées dans des pierriers arides, sous des chaleurs étouffantes, sans une goute d’eau.

Je ne parle pas non plus, des descentes périlleuses sur de minuscules chemins glissants, chargés de racines menaçantes, où la vie du randonneur ne tient finalement qu’a cette petite touffe d’herbe qui vous à miraculeusement retenu au dessus du vide, vous, votre yamadori de 30 kg et tout le paquetage…

Non non, tout cela fait partie du plaisir de notre passion. (On est psychopathe arboricole oui où non… !?)

Le plus dur dans la vie du chasseur de Yamadori c’est de gérer à la fois :
- sa difficulté à être patient
- avec sa faculté à être impatient...


Voici un petit exemple pour vous expliquer :

- Imaginez que l’on présente un top-modèle de classe international, à un jeune célibataire.
- Imaginez encore que ce mannequin sublime soit consentant pour passer un moment agréable avec notre juvénile excité…
- Imaginez toujours qu’au moment de conclure, le jouvenceau plein d’ardeur se trouve (pour des raisons techniques) dans l’obligation d’attendre au moins 2 ans avant d’attaquer les préliminaires…

Traduction pour le Bonsaïka qui ne saisirait pas forcément la métaphore :
Mannequin = Yamadori de classe international.
Consentant = Autorisation de prélèvement.
2 ans avant préliminaires = gosses racines latérales très longues. (À réduire en plusieurs fois)


Voici en image ma rencontre avec mon Top-modèle :
Tout y est :
- Ecorces noires et craquelées, typique de l’épicéa centenaire,
- Jin et Shari naturel,
- Nébari imposant (+/- 15 cm).
- Site accessible sans marcher pendant des heures
- Substrat facile à creuser

Genre toutes options voyez-vous.





Seulement voila, 3 grosses racines (au ras du sol) partent de part et d’autre de l’arbre. Ces racines n’ont de chevelu qu’a 60 cm du nébari. Si l’arbre était prélevé en 1 seul fois, il lui faudrait un pot de culture de d’au moins 1.20 m de diamètre…

Nous nous y prendrons donc en plusieurs fois, pour réduire les racines en longueur un peu chaque année.

1 commentaire:

Olivier a dit…

Je te piquerai le GPS sur lequel tu as pointé ces Top-Models !!!
Ceci dit, quand tu auras « prélevé la part du lion », avertis les « hyènes » ! Je trouverai bien un « abat » qui me conviendra...

Une erreur est survenue dans ce gadget
Related Posts with Thumbnails