lundi 6 avril 2009

Evolution d’un Juniperus Chinesis sur 15 ans

Au japon on suit l’évolution de certains arbres depuis plusieurs générations. Il n’est pas rare de voir des bonsaï dont on sait qu’ils sont cultivés en pot depuis plus de 100 ans.

Même si cela peut parfois avoir de l’importance, on parlera rarement de l’âge de l’arbre lui-même, mais ce qui intéressera d’avantage l’amateur c’est de connaitre depuis combien de temps on le cultive en bonsaï.

L’évolution d’un Bonsaï suit l’évolution de celui qui le cultive. Dans mon cas elle est lente.

Il y a 19 ans en arrière j’étais bien seul face à mes petits arbres et mes livres. Et je luttais saison après saison pour corriger mes erreurs. (Mais on ne corrige que les erreurs que l’on voit avec l’expérience…)

Donc sans expérience il nous reste l’espérance…

L’espérance, ponctuée du désir de bien faire, avec la volonté d’atteindre un but qu’on ne connait même pas… En résumé on est paumé et on ne sait pas trop ou on va…


Voici donc le roman-photo de ce petit Junipérus, dont le seul intérêt, est qu’il fait partie intégrante de mon laboratoire d’expériences.



L’histoire démarre en 1994, c’est plus ou moins la date d’acquisitions. Du moins de la première photo.
J’ai fais partis de ces amateurs de bonsaï débutants, qui ont un jour été séduit par ces arbres à pompons, dont maintenant personne ne voudrait…

En 1995 je supprime quelques branches et pas mal de feuillage. Aujourd’hui encore on se demande dans quel but…


De 1996 à 2001 : Interruption momentanée de l’image… : Naissance de mes 2 filles qui monopolisent l’objectif photo… désolé…


A partir 2001 jusqu'à 2009 un projet plus concret s’est mis met en place.
Le style Pompon ne sera plus…. Mais il est difficile de donner du caractère à un arbre qui a peut de personnalité au départ.
On notera au passage qu’il y a eu des efforts désespérés pour trouver un pot qui n’ira jamais…





J’ai même tenté l’ajout d’une souche de bois mort. Comme pour lui donner un semblant d’intérêt… qu’il n’aura jamais…



Et même l'ajout d'un bout de bois mort dans le feuillage... Ça ne faisait rire que moi...
Ici en 2008
Bref un matin de 2009. Je décide d’une nouvelle orientation esthétique en supprimant la moitié du feuillage.
J'effectue une nouvelle mise en forme, et je lui offre alors, un pot plus adapté en terme de dimension.




3 commentaires:

Olivier a dit…

si je comprends bien le dénouement de ces 15 ans de roman-photo: "M. Juniperus n'est plus que l'ombre de lui-même..."

Mais, il me revient cette phrase d'un maître que je croisai un matin dans une lumière printanière: "c'est dans son ombre que tu trouveras le bonsaï!"

Philippe Leblanc a dit…

Oui olivier, merci pour ce commentaire lumineux…

Moi un jour j’ai dit,… à un mètre d’un Japonais… (dans une pénombre hivernale) :
Il est difficile de former un pin noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas.

Nico a dit…

Après analyse du feuillage, il s'avère que ton Juni a été contrôlé positif à la cocaine...
Evolution intéressante, on attend les photos des 5 prochaines années.

Une erreur est survenue dans ce gadget
Related Posts with Thumbnails